Fondation de droit suisse reconnue d'utilité publique

Stephanie et Sabry,
couple mixte
christiano-musulman
canado-tuniso/helvétique

Une qualité que nous retrouvons dans toute religion est le respect de l’autre.
Mon mari est musulman pratiquant. Il ne m’a pas forcée à ma convertir. J’adhère à ses croyances, et parfois pas, et lui il n’adhère pas non plus toujours aux miennes…. Mais ça fonctionne car il y a le respect de l’autre, et il y a bien sûr beaucoup d’autres choses qui nous unissent.

Cette année, le ramadan est passé vite, où je dînais par moments avec les enfants, et lui plus tard. Il lisait le coran le soir, et moi je regardais la télévision, mes pieds sur lui. Unis malgré nos différences culturelles.

Par moments j’ai eu fait avec lui le ramadan, une semaine, deux semaines, parfois ce fût même presque tout le mois à travers nos dix années ensemble. Depuis quelques années, je ne fais plus trop avec lui à cause des grossesses, puis des enfants en bas âge, puis maintenant ils ont grandi, mais le ftour (repas de rupture du jeûne) est encore très tard pour moi. J’ai espoir que je reprendrai cette joie à jeûner avec lui d’ici quelques temps. Car dans mes souvenirs c’était des journées incroyables où je me surpassais de jour en jour. D’ailleurs le fait de jeûner nous rend forts et nous donne cette force de pouvoir entreprendre tout ce que nous voulons. C’est un beau message pour nos enfants.

Nos enfants sont élevés dans le monde spirituel de l’un et de l’autre. Bien sûr, mon mari souhaite que ses enfants suivent la voie de l’Islam, mais au final je souhaite qu’ils soient bien avec leurs décisions, qu’ils cherchent aussi leur voie à travers nous et à travers leurs expériences.


DIAC- De l'Individuel Au Collectif

contact@diac-reseau.ch

Tel: 076/570.97.38

DIAC sur les réseaux