Fondation de droit suisse reconnue d'utilité publique

Oumar Touré Franzen, 41 ans,

event producer, artist manager, movie producer, artist booker


Concernant mon expérience en tant que noir parmi les communautés musulmanes en Suisse

Je ne me sens pas intégré parmi la communauté musulmane en tant que noir musulman. Je ne le cherche pas particulièrement.

Je ne cherche pas particulièrement à intégrer la communauté musulmane au sens large. Quand j’allais dans une première mosquée à Genève, c’était cool il y avait 2-3 personnes que je trouvais sympathiques mais je ne trouvais pas que c’était une ambiance qui était inclusive. Pourtant, il y avait beaucoup d’africains de différentes origines. Après, quand j’ai fréquenté une autre mosquée de Genève, plus grande, là je me sentais totalement isolé en fait. Je sentais pas mal de jugement des personnes qui sont soi-disant bienveillantes et qui aimeraient améliorer ta pratique, mais ce que je ressentais était plutôt un peu de condescendance et de paternalisme de certains. Pour revenir à la première mosquée, ma femme avait essayé de venir prier une fois et ils l’avaient renvoyée chez elle car il n’y avait pas assez de place. Ils ne lui ont cependant pas expliqué correctement, mais de manière expéditive… Il y a pas mal de choses qui font que ma pratique je la fais plutôt avec les personnes en qui je crois, en qui j’ai confiance, qui ont la science. ça me permet de me développer à mon rythme, au fur et à mesure, mais pas en pensant qu’il faille absolument faire partie d’une communauté, et pas en cherchant à intégrer la communauté musulmane en tant qu’africain. Je pense qu’en tant qu’africain j’ai plutôt l’envie de discuter avec tous les frères et sœurs (quel que soit leur background religieux) qui ont envie d’avancer, qui ont soif de justice, qui ont soif de développement, et qui ont les valeurs au bon endroit, des personnes qui peuvent me complémenter.


Concernant mon expérience en tant que noir et musulman en Suisse

Je pense qu’on a toujours les mêmes discussions on voit les amalgames voile/soumission, l’amalgame islam/terrorisme, tu vois toutes ces choses. Tu te retrouves dans des situations où tu sens parfois le devoir de défendre ta religion, mais à quoi bon en fait ? Les personnes se font une opinion et les médias continuent encore et encore à nourrir ce type d’opinions, ce type de raccourcis et au-delà de la correction d’une fois que je fais « pour moi je ne pense pas que ce soit ça, mais plutôt ça », je ne cherche pas à convaincre les personnes qu’elles ont tort. Elles feront leur chemin toutes seules, ou pas. Je ne cherche pas à les convaincre, au-delà de donner mon opinion une fois. Et pour moi il y a des psychopathes qui viennent, ils descendent dans une salle de concert, ils descendent tout le monde, ils disent Allahu Akbar. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi les gens pensent que l’islam a quelque chose à voir là-dedans, pour moi c’est des psychopathes, c’est tout. Donc ils doivent être traités comme des psychopathes et c’est tout.


Concernant le mouvement actuel Black Lives Matter
Je suis content de l'implication de la jeunesse!

DIAC- De l'Individuel Au Collectif

contact@diac-reseau.ch

Tel: 076/570.97.38

DIAC sur les réseaux