Fondation de droit suisse reconnue d'utilité publique

La personne qui s'exprime a préféré se livrer de manière anonyme et a lui-même choisi son pseudonyme

Concernant mon expérience en tant que noir et musulman en Suisse

Moi d’abord je suis ce qu’on appelle un immigré. Donc je suis venu ici en Suisse fier comme tout, avec déjà une culture, une éducation religieuse musulmane, comme beaucoup de sénégalais qui ont immigré. Je ne suis pas né dans cette société. D’abord je vais juste parler de ça. La société suisse en général c’est une société qui m’a toujours fait rire par l’hypocrisie qu’il y a. Moins ici qu’en France (en France c’est horrible). De par mon expérience, je peux parler des gens qui sont ici, en Suisse, qui ont fait des études ici. C’est une société qui filtre, vraiment avec un filtre incroyable pour rejeter les personnes non-suisses. Surtout quand tu es africain, tu es filtré, filtré de filtré. Donc surtout quand tu arrives à passer, t’es vraiment béni. Donc ça c’est mon expérience en tant que quelqu’un qui est venu ici. Mais moi j’ai cette mentalité de vraiment m’en foutre de tous ces trucs-là, j’ai fait ce que j’ai voulu faire (mes études, les objectifs que j’ai réussis à atteindre ou pas, les diplômes que j’ai eus).

 

J’ai voulu tracer mon chemin avec vraiment le regard de quelqu’un qui ne fait pas partie de la société, avec une totale indifférence. Je suis quelqu’un qui se lie d’amitié avec uniquement ceux qui veulent vraiment se lier d’amitié avec moi, parce que j’ai une culture forte de là d’où je viens. Je me fiche des personnes barricadées dans l’étroitesse de leurs réflexions.

 

Et puis en ce qui concerne la société suisse, ce que je voulais dire également, c’est qu’il y a beaucoup d'amis lorsque c'est le ramadan, qu'ils voient que tu ne bois pas, que tu leur dis que tu ne bois pas, que ta religion ne te le permet pas. « Tu es musulman toi ? », il y a toujours cette surprise. C'est comme ça dans la société européenne, ils veulent toujours regarder le noir comme la dernière chose à laquelle réfléchir, d’où ce manque de connaissance de la culture noire. Le Noir est associé à beaucoup d'anecdotes : « J'ai peur du noir », « toutes les peurs sont noires ». C'est ancré. Avec la nouvelle génération toutes ces choses vont changer. On se battra pour que nos fils ne vivent pas la même chose. Par l'éducation on peut transpercer tous les stéréotypes. Il suffit juste d'éduquer nos familles, d'entrer dans les cercles de décision, que ce soit à l'université dans les champs politiques. Ça passera aussi certainement par ce pour quoi je milite actuellement chez moi : des partis africains qui disent « l'Afrique est riche et fière de sa culture, on n'aime pas voyager dans les autres continents, il s'agit juste d’un accident de l'histoire », etc. Ça passera par des états africains noirs qui sont forts.

 

Concernant mon expérience en tant que noir parmi les communautés musulmanes en Suisse

Alors ça dépend. J’ai des amis arabo/musulmans qui sont nés ici et qui n’ont pas ces réflexions-là mais ça sera plutôt par exemple la maman, qui est d’une autre génération, qui est venue immigrer ici aussi et a importé tous ces stéréotypes.


La société arabe, c'est une société aujourd’hui qui aime bien oublier. C’est une longue histoire à expliquer ici mais pour moi l’Arabe est un negro africain. Quand tu lis le Coran et d’autres sources, ce sont les rois noirs qui dominaient, même dans les pays arabes. Les pharaons et tout ça, c'est vérifié qu'ils étaient de race noire. Même aux débuts de l'islam, il avait été nécessaire de traverser toutes les contrées arabes pour aller voir un roi juste, qui dominait toute sa région : le roi d’Ethiopie le Negus. Il y a vraiment un mélange d’hommes clairs et non clairs, foncés, etc, dans l'histoire arabe. Comme disait un des historiens sénégalais « les arabes doivent revendiquer leur côté négro africain », mais ça c’est autre chose, c’est un sujet vraiment long et vaste.

 

Moi j’ai beaucoup d’amis arabes et je n’ai jamais pensé au racisme, à ne pas aller chez eux ou être avec eux. Les stéréotypes chez les Arabes c’est plutôt au niveau des familles, au niveau des gens surtout qui sont au pays mais aussi au niveau des familles (la maman arabe, le papa arabe veulent que leurs enfants se marient avec des arabes, si c’est un noir ça pose des fois des problèmes).

 

 

Concernant le mouvement actuel Black Lives Matter

L'Amérique est le pays qui a dicté tout ça, qui continue à intensifier toutes les sortes de racisme dans le monde. Y compris les pays Arabes, c’est l’Amérique qui les a fortifiés dans ces positions-là, par sa politique et ses fondements très racistes. Aujourd'hui ils sont secoués par le mouvement « Black lives matters », avec la mort de George Floyd. J'espère qu’ils casseront toutes ces murailles qui sont vraiment solides là-bas, c’est pas facile.

 

En ce qui concerne mon expérience ici, je ne me considère pas faisant partie de la société d'ici. J'appartiens au Sénégal, je suis sénégalais. Même si je détenais un passeport suisse, que je ne détiens pas encore, je ne me sentirai jamais autre que sénégalais.

 

Par rapport à ce mouvement, effectivement c’est hyper choquant qu’au 21ème siècle toutes ces choses continuent. Mais c’est un truc qui va finir bientôt et que ça datait de pas longtemps en plus, comme 4 siècles en arrière. Mais l’histoire de l’humanité a été marquée aussi par de l’esclavage, par les arabes par exemple. Mais les arabes c’est un autre sujet qui peut être très long, c’est un manque de connaissance d’où il vient car l’arabe et le noir sont tellement proche et mélangés dans leur culture.


DIAC- De l'Individuel Au Collectif

contact@diac-reseau.ch

Tel: 076/570.97.38

DIAC sur les réseaux